D’importantes informations sont souvent cachées au public, ce qui perpétue l’idée selon laquelle les autorisations délivrées par les agences du médicament dépassent de loin les risques. Pour vous aider à mieux comprendre le sujet, voici six classes de médicaments et pourquoi vous devriez y réfléchir à deux fois avant de les ingérer.

CE QUE FONT CES 6 DANGEREUX MÉDICAMENTS POPULAIRES

1) Les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP)

. Des millions de personnes prennent des IPP pour atténuer les symptômes du reflux gastro-oesophagien, une maladie où des aliments et des acides remontent dans l’œsophage, provoquant des dégâts.

Or, il est apparu que les IPP bloquent l’absorption des nutriments et empêchent la production nécessaire d’acide par l’estomac, ce qui peut provoquer d’autres problèmes de santé. La Food and drug administration (FDA, l’agence du médicament américaine) a publié au moins une douzaine de mises en garde contre les IPP, évoquant un risque accru de diarrhée bactérienne, de carence en magnésium et de fracture des os.

Leur consommation sur le long terme a aussi été reliée à une augmentation du risque de pneumonie et à un gain de poids dangereux pour la santé.

2) Les statines.

En tête des classes de médicaments les plus vendues plusieurs années d’affilée, les statines sont considérées par le corps médical comme un médicament miracle contre le cholestérol et les maladies cardiaques. Les médicaments à base de statines populaires, comme le Lipitor et le Crestor, augmentent de manière importante les risques de diabète, de maladie du foie, de dommages au cerveau, d’atrophie musculaire et de mort prématurée.

Les effets secondaires des statines sont si sérieux que la FDA a récemment élargi ses mises en garde officielles concernant leur utilisation. En outre, des douzaines d’études ont montré que la prise de statines a peu d’effets, voire aucun, dans la prévention des crises cardiaques ou des AVC.

3) Les antibiotiques.

Cause principale de l’apparition de « superbactéries », les antibiotiques sont aussi une classe de médicaments qui peut créer des problèmes de santé sur le long terme sans apporter beaucoup, voire sans aucun bénéfice. Exagérément prescrits en dépit du bon sens pour des problèmes auxquels ils ne répondent souvent pas, les antibiotiques et leur utilisation abusive par le corps médical ont rendu de nombreuses infections plus virulentes et impossibles à traiter.

Selon le docteur Shane Ellison, les trois antibiotiques courants les plus dangereux sont la lévofloxacine, la vancomycine et la bactrim. Le Dr Ellison cite aussi les quinolones, la classe d’antibiotiques la plus couramment prescrite, toute aussi dangereuse, indiquant que des antibiotiques comme la ciprofloxacine, la moxifloxacine et l’ofloxacine peuvent provoquer une invalidité sérieuse et permanente.

4) Les antipsychotiques.

L’une des classes de médicaments les plus mortelles, les antipsychotiques, sont couramment prescrits pour des problèmes comme la schizophrénie, les désordres bipolaires, les dépressions sévères, ainsi que pour des problèmes de moindre importance comme de légers désordres de l’humeur et de l’anxiété chronique. Mais les antipsychotiques courants comme le fumarate de quétiapine, le rispéridone et l’olanzapine font augmenter les taux de sucre et de cholestérol et favorisent la prise de poids.

Plus graves encore sont les dommages neurologiques et du cerveau qui peuvent résulter de la prise d’antipsychotiques, sans compter l’élévation du risque de syndrome métabolique qui peut inclure de graves problèmes de santé, comme une maladie cardiaque ou du diabète. Les antipsychotiques sont si dangereux qu’une étude publiée dans le British Medical Journal les a déclarés plus mortels que le terrorisme.

5) Les analgésiques opioïdes.

Il a été officiellement déclaré que des médicaments vendus en pharmacie sont l’une des causes principales de décès aux États-Unis aujourd’hui. Cela est en grande partie dû à l’usage d’analgésiques à base d’opioïdes comme la vicodine, l’oxycodone, la codéine et la morphine.

Selon une étude émanant de l’Université Brandeis, dans le Massachusetts, les analgésiques sont maintenant responsables de plus d’overdoses fatales que l’héroïne et la cocaïne réunies.

6) Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS).

Les antidépresseurs à base de fluoxétine, de sertraline, de paroxétine et d’escitalopram existent depuis des années, mais on prête généralement beaucoup moins attention à leurs dangers qu’ils le mériteraient. Des effets secondaires comme des tendances suicidaires, un dysfonctionnement sexuel, des saignements gastro-intestinaux et des maladies cardiaques ne sont que la partie émergée de l’iceberg concernant les ISRS.

Dans certains cas, ils peuvent aggraver les symptômes de la dépression, poussant certains individus à devenir violents. Donc, avant d’en prendre, renseignez-vous sur leurs effets secondaires.

Source : http://www.santeplusmag.com

Retour à l'accueil